Mon métier de demain

La situation du marché du travail dans le Sud Alsace

Que retenir de l'approche socio- économique ?

La formation dans le Sud Alsace :

Le bas niveau de formation d'une partie de la population représente un handicap dans une économie où la connaissance prend une place de plus en plus importante. Cela concerne bien sûr certaines communes ou quartiers plus que d'autres. C'est un problème plus général des territoires de tradition ouvrière et industrielle, où le niveau de formation des jeunes reste faible, en inadéquation avec les niveaux croissants d'exigences des entreprises.

Le chômage dans le Sud Alsace :

Les situations sont contrastées. Même si une croissance forte venait à se produire en France, tous les problèmes ne seraient pas résolus pour autant car une partie notable des demandeurs d'emplois sont très éloignés de l'emploi, vu notamment leur faible niveau de formation et la disparition progressive des emplois les moins qualifiés, dans l'industrie notamment.

La dépendance, trois formes de dépendances ont été relevées :

  • La dépendance économique qui prend la forme d'une part croissante des personnes âgées dans certains territoires et va encore s'accroitre à l'avenir. Cette situation va engendrer des coûts et ce alors que les territoiresles plus concernés sont aussi souvent des territoires aux faibles ressources. La question de la solidarité territoriale, entre vallées et plaines, rurales et urbaines se posera immanquablement.
  • La dépendance à l'économie suisse. Elle ne pose à priori pas de problème, on peut même se réjouir de ce que nos voisins procurent des emplois à hauts revenus. La question se pose cependant du renouvellement des travailleurs frontaliers. En Suisse, comme ailleurs, le niveau de qualification exigé monte, le travail se fait de plus en plus tertiaire. Les plus jeunes qui arriveront sur le marché du travail pourront ils capter les emplois suisses alors qu'ils sont en concurrence avec les allemands de plus en plus présents à Bâle ?
  • La dépendance à quelques sites industriels majeurs, qui doit orienter la réflexion sur les moyens de diversifier l'économie locale et sur les capacités d'accueil de nouveaux sites. Certes, les principaux sites chimiques et métallurgiques se portent bien, néanmoins on sait aujourd'hui depuis Vilvoorde que les logiques financières peuvent se concrétiser par un investissement massif aujourd'hui et une fermeture de site 6 mois après.

Les déplacements dans le Sud Alsace :

Les déplacements domicile- travail sont massifs dans le Haut-Rhin. L'infrastructure ferrée et l'offre de transports collectifs répondent en partie aux besoins de la population. La question de la dépendance à la voiture est par contre beaucoup plus marquée dans l'espace situé entre Colmar et Mulhouse, où les déplacements se font sur l'axe ouest/est, pour lequel il n'y a pas d'offre de transports en commun pertinente.

La dévitalisation :

Cela concerne tout particulièrement certaines vallées vosgiennes et jurassiennes qui sont désertées par les activités industrielles et les activités de services y sont réduites à la portion congrue. La population peine à s'y maintenir et l'engrenage se met en route, telle que la perte de dynamismes économique et démographique se renforcent mutuellement. Comment enrayer cette perte de dynamisme ?

 

Quelques pistes ...

Le Sud Alsace est déjà doté d'un aéroport, de ports, d'une université, de liaisons autoroutières et ferrées... Tout cela est nécessaire au développement territorial mais n'est pas suffisant. Il s'agit de ne pas subir les tendances de fond, les anticiper et être avant gardiste.

Voiture automatique, "smart cities", villes connectées et "intelligentes", transition écologique, production locale d'énergie, éco-conception, économie circulaire, rénovation massive de logements ... Soit on suit le mouvement et les créatifs iront rejoindre les lieux les plus dynamiques et ouverts à l'inovation; soit le Sud Alsace participe au peloton de tête et développe un pôle fort consacré aux technologies numériques.

Considérer toutes les formes d'économie avec le même intérêt, cela renvoie à la nécessité de diversifier l'économie locale :

L'économie industrielle

Elle reste la "marque" de l'Alsace. L'usine du futur n'ira pas sans destruction de certains emplois et la disparition d'entreprises qui ne sauront ou pourront innover et monter en gamme. Jouer la carte de l'innovation est indispensable. Mais être innovant ne signifie par obligatoirement faire de la R&D mais être capable dans son process de production, d'incorporer les innovations disponibles. Les expériences menées nous montrent tout l'intérêt de moyens humains plus que d'infrastructures.

L'ère numérique

La transition vers l'industrie du futur est un enjeu technologique primordial pour les entreprises, les Hommes et les organisations. De nouvelles compétences, nouveaux métiers, élévation des qualifications et réorganisation du travail seront nécessaires. L'industrie du futur repose sur de nouveaux modes de production (temps de production réduit, à la demande, nouveaux services ...) L'introduction de nouvelles technologies et d'outils numériques posent aussi des enjeux humains...

L'économie agricole 

est forte de la viticulture et de la maïsiculture. L'agriculture urbaine et periurbaine peut ouvrir des opportunités en termes de nouveaux débouchés :

  • climatiques : les circuits courts sont nettement moins carbonés que les produits de l'agro-industrie importés
  • emplois : le maraîchage est assez consommateur de main d'oeuvre et qui plus est de main d'oeuvre dont le niveau de formation n'a pas à être très élevé
  • utilisation du foncier : le développement des cultures hors sol sur des terrains actuellement en friche.

L'économie touristique

L'agglomération mulhousienne est riche en musées de qualité. La logique de conservation du patrimoine doit s'effacer derrière les logiques d'animation patrimoniale et d'organisation d'événements qui assurent une attractivité permanente. Des efforts sont fournis pour que l'activité touristique se développe.

L'économie culturelle

L'organisation d'un salon d'art contemporain, l'openparc de DMC sont les marques d'un investissement renouvelé dans la culture. L'économie du 21ème siècle est innovante et créative et l'ouverture de "lieux de créativité" participe non seulement au renouvellement de l'image d'un territoire mais fertilise potentiellement tout le tissu économique. 

L'économie sociale et solidaire

Elle demande aussi à être considérée. Les associations sont des employeurs, peuvent capter des revenus extérieurs, offrent des services qui participent à l'animation territoriale et donc à l'attractivité et au maintien de la qualité de vie sur les territoires.


Pour plus d'infos sur les enjeux pour le territoire du Sud Alsace, consultez les études  complètes et notamment le Diagnostic territorial partagé, MEF,  juin 2016cliquez ici

 

Mise à jour janvier 2017

Nos partenaires

  • Fond Social Européen
  • Maison de l'emploi et de la Formation
Région Grand Est
Fongecif
DIRECCTE Alsace
Bundesagentur für Arbeit
AFPA
Pôle emploi
M2A
CGT
UPA
CGPME
CFDT
Constructys
CFE CGC
CAPEB
CFTC
Chambre des métiers d'Alsace
AGEFOS PME
Adefim
DEFI
Force Ouvrière 68
Fédération BTP 68
MEDEF
Maison de l'Emploi et de la Formation - St Louis
Maison de l'Emploi et de la Formation - Vallée de la Thur
OPCALIA
Pôle chimie Alsace
Pôle textile Alsace
Union des Industries
UCA
UIC
UIT
Uniformation
Usgeres
La Poste
ERDF

www.monmetierdedemain.com